L’observatoire National sur la compétitivité des entreprises, un outil de promotion de la bonne gouvernance des entreprises ?

Poursuivant le processus d’accession de la Côte d’Ivoire au Partenariat de Gouvernement Ouvert[1] (PGO), le gouvernement Ivoirien a institué par le décret du 4 octobre 2017 la création de l’Observatoire National sur la Compétitivité des Entreprises. L’objectif premier la mise en place de cet observatoire vise à l’amélioration et au renforcement de la compétitivité de l’économie nationale. Cet outil est en effet un instrument d’analyse et d’aide à la décision sur la problématique de la compétitivité des entreprises en Côte d’Ivoire. Il lui a à cet effet, été conféré le rôle de définir les principaux indicateurs de la compétitivité, d’assurer le suivi et l’évaluation de la compétitivité des filières porteuses de croissance et des pôles régionaux du pays ainsi que d’analyser les évolutions de la position compétitive des entreprises en Côte d’Ivoire au plan régional et international. Ce dernier objectif n’est pas sans rappeler celui dans lequel s’est inscrit le patronat Ivoirien, ayant élaboré en 2012 le premier code de gouvernance et de la Responsabilité sociétale des entreprises. La compétitivité des entreprises des entreprises ainsi que la bonne santé économique du marché passent sans nul doute par la transparence dans la gestion et une gouvernance raisonnable. Le premier code de gouvernance Ivoirien vise ainsi à guider les entreprises en fixant notamment les principes fondamentaux de la gouvernance raisonnable[2].

Cependant, l’adoption de ce code par les entreprises Ivoiriennes, difficilement quantifiable, pourrait laisser craindre sa relégation à un simple effet de mode. Le plan d’action de l’Observatoire National sur la Compétitivité des Entreprises, n’ayant pour l’heure pas encore été précisé, puissions-nous espérer que l’effectivité de l’adoption par les sociétés Ivoiriennes du Code de gouvernance, en fasse partie.

Marc Assoumou

[1] Ce concept est défini par l’OCDE comme « la transparence des actions des administrations, l’accessibilité des services et de l’information administratifs, et la réactivité du gouvernement aux nouvelles idées, demandes et besoins » OCDE 2005, « Gouvernement ouvert » dans Moderniser l’Etat

[2] Les missions conférées au Code de gouvernance d’entreprise sont les suivantes :

  • Assurer une croissance durable de l’entreprise grâce à un système de gestion fondé sur les principes de transparence, de responsabilité, d’indépendance et d’équité;
    •    Encourager les membres du Conseil d’ Administration à prendre des décisions basées sur de hautes valeurs morales et le respect des lois et règlements ;
    •    Stimuler la prise de conscience des responsabilités sociales de l’entreprise, notamment sur les intérêts environnementaux et sociaux des communautés dans l’environnement desquelles une entreprise exerce ;
    •    Optimiser la valeur de l’entreprise au profit de ses actionnaires en prenant également en considération les intérêts des autres parties prenantes;
    •    Améliorer la compétitivité de l’entreprise, tant au niveau national qu’international, afin de renforcer la confiance du marché de sorte à favoriser les flux d’investissements et une croissance durable de l’économie nationale. Traoré Bakary, Secrétaire général du CAGO (Centre Africain d’expertise en gouvernance des organisations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s